Le gouffre..

17042018

Un jour, un brillant étudiant en psychologie analysera mes textes, et en fera un sujet de mémoire, pour décrire un cas typique de personnalité schizophrène. J’espère qu’il fera du bon travail.

Hier soir, je suis retourné explorer ce gouffre où j’avais séjourné il y a quelques dizaines d’années. Il m’avait bien accueilli pendant des semaines. Et j’en suis sorti en forme. Brisé, mais en forme. Comme quoi, des fois, il faut savoir tomber très bas, pour retrouver son élan et aller de l’avant. Vivre les pires expériences, pour savoir profiter de la vie, et reconnaître le bonheur. C’est comme ça que je fonctionne. En rebondissant. Mais mon corps n’étant pas une balle en caoutchouc, à chaque fois que je rebondis, je me fais mal et suis donc complètement étourdi pendant quelques jours, quelques semaines.. Je m’y suis habitué. Lire la suite… »




L’appel du destin

26072015

Elle me manque à chaque fois que je pense à elle, à nous.. Ca fait bientôt 6 mois qu’on ne s’est pas vus, alors, elle me manque de plus en plus.. Oui, je sais que ce n’est pas de mes habitudes de parler de ma vie privée ici, mais là, c’est trop.. Ca devient insupportable.

Je l’ai abandonnée alors qu’elle ne m’a rien fait de mal en plus. Je ne vous cache pas, que, dans des moments de faiblesse, je me retrouve entrain de fouiller dans nos souvenirs, de lire les commentaires des gens sur nous, tout en souriant.. C’est humain me direz vous.. Oui..

Mais là, je n’en peux plus, je craque. Je veux me jeter dans ses bras, la prendre dans les miennes, lui offrir mes dix doigts, et toutes mes pensées..

Oui, je suis tout à toi, tu me manques tellement.. ô ma bien aimée.. L’écriture.

Place au texte maintenant..

A chaque fois que son téléphone sonnait, Ahmed avait toujours le même réflexe : iL regardait l’horloge. Si la minute était paire, il répondait, et si elle était impaire, il ne répondait jamais.

Mais cette fois-çi, Ahmed avait un étrange pressentiment, même si sa montre affichait 22h23. Quelque chose sonnait faux cette fois-çi. Mais Ahmed devait suivre le code interne, son code interne. Lire la suite… »




Deux points de suspension..

7042013

Cette histoire me tient à cœur. Ça fait deux ans que je l’ai vécue, mais je n’arrive pas à l’oublier tellement l’image de ce jeune couple me hante toujours. Cette histoire est vraie, et je vais la raconter comme je l’ai vécue..

Juliette sans Roméo – Deux points de suspension..

Tout a commencé un dimanche après-midi, vers 17 heures, l’heure à laquelle vous déprimez tous chez vous en attendant le lundi matin. Moi, j’étais occupé à essayer de soigner des gens lors d’une garde interminable dans un CHU Marocain.. Pour vous mettre dans le bain morbide du système de santé marocain, je suis dans l’obligation de vous rappeler que la garde du week-end commence le Samedi à 08h pour finir le Lundi à 08h30. Le médecin de garde enchaîne alors avec l’horaire de travail normal, c’est-à-dire jusqu’à 16h30..

« Le métier de médecin consiste à prodiguer les meilleurs soins au patient quelque soit l’heure à laquelle le patient se présente à l’hôpital.. »

Je suis médecin anesthésiste-réanimateur, j’avais 30 ans à l’époque et j’étais en 3ème année de résidanat. Mon métier consiste à prendre en charge les détresses vitales des patients hospitalisés ou se présentant aux urgences, mais également à assurer une anesthésie adéquate aux patients devant être opérés en urgence. J’ai choisi cette spécialité parce qu’elle permettait de sauver des vies, d’apaiser les souffrances, de supprimer la douleur et la nociception, ce qui correspondait exactement aux valeurs nobles de la médecine..

Revenons à cette garde ! Lire la suite… »




Tends-moi la main..

9032008

Personne ne me paie pour faire mon boulot.. Et pourtant, je le fais ! Je le fais, parce qu’il est nécessaire de le faire. Je contribue ainsi à l’équilibre de l’humanité..

Je consulte mon agenda pour voir mes activités durant cette journée. Je n’ai jamais vu la personne qui écrit ces notes, mais je lui obéis aveuglement.. Je n’ai pas de secrétaire, le grand chef m’interdit d’en avoir, soit disant pour garder le « secret professionnel ».. De toute façon, tout est noté dans mon petit calepin, et dès qu’on me demande de faire mon boulot, j’le fais..

Aujourd’hui sera une longue journée apparemment : Beaucoup de justice et d’injustice. Je n’ai pas le droit à l’erreur, et je ne fais jamais d’erreurs.. Mon boulot est de tendre la main à ceux qui en ont besoin.. Certains de mes clients m’attendent impatiemment, d’autres essaient de me fuir.. Mais peut-on me fuir ?

 

Lire la suite… »




Dernière sortie avant le péage

2112007

« Dernière sortie avant le péage » lisait-on sur le panneau latéral à l’entrée de l’autoroute de Casa.. On s’est alors regardés, elle et moi, comme pour nous interroger et nous rassurer mutuellement que ce que l’on faisait était sensé. On trouva le réconfort et la sérénité dans ce regard, bien que ce que l’on faisait n’avait rien de sensé.. Ce que l’on faisait était la définition même de l’acte insensé, celui que l’on fait par conviction et avec certitude, et que personne n’arrivera à comprendre.. à part nous deux.Au moment de prendre le ticket de l’autoroute, je fus saisi d’une petite hésitation, qu’elle ne tarda pas à remarquer.. J’arrachai alors le ticket en essayant de masquer cette honte qui se dessinait sur mon visage: Je n’avais pas le droit d’hésiter! Surtout pas maintenant, surtout pas cette nuit.. On changeait notre destin, et on le savait.. Dès qu’on franchirait cette barrière, il nous serait interdit de faire marche-arrière, de nous arrêter, même momentanément..

Lire la suite… »




Le fantôme du Morocco Mall (va me tuer)

20012012

Ce que vous allez lire va sûrement vous sembler saugrenu, loufoque, mais l’expérience que j’ai vécue au Morocco Mall a tellement changé le cours de ma vie, que je me sens dans l’obligation de la partager avec tout le monde..

Qui aurait pu penser, que moi, homme de sciences, mathématicien de naissance et non de formation (Oui, je pense qu’on naît matheux, qu’on ne le devient pas), puisse un jour croire aux fantômes, aux jnouns, et à toutes ces entités aussi mystérieuses que fascinantes ?

Mais avant de vous raconter ce que j’ai vécu, je dois forcément vous parler de moi, pour que votre subconscient puisse jauger mon esprit, ou l’inverse ! Mais tout ce que je peux vous dire, c’est qu’avant le 12 Décembre, date de la rencontre improbable, j’étais un autre homme.. Lire la suite… »




La plaque, la planque et le plouc..

31122011

« Mec, tu es à côté de la plaque » ai-je dit à mon ami qui se pointait avec sa copine chez moi à 2h du matin.. Pas parce que le moment de sa visite était inopportun, non, mais parce que sa copine -elle- était vraiment spéciale.. Ses seins étaient.. n’étaient pas nés ! Ce genre de saillie qu’on trouve normalement chez tous les êtres humains de sexe féminin, et qui excite normalement les hommes était absent. A leur place, il n’y avait rien…

Oui, je sais, vous n’avez rien compris, faudrait que je vous fasse une plus ample description de la scène.. J’aime pas les descriptions, mais bon, je me lance.. Je vais commencer par le commencement cette fois..

Cette histoire est vraie, réelle, et n’est en aucun cas le fruit de mon imagination.

Ca s’est passé le mardi dernier. Je dormais tranquillement chez moi, après une nuit de garde, quand j’ai entendu frapper à la porte. Au début, j’ai cru que ca faisait partie de la garde, et qu’on me demandait au bloc ou aux urgences, mais j’ai rapidement retrouvé la raison, en ne trouvant pas mon stéthoscope près de moi.. Ma montre affichait 02h47, et ma bave encore chaude était étalée sur tout l’oreiller.. Rassurez-vous, il n’y a aucune relation entre ma montre et ma bave, mais comme le détail était romantique, j’ai pensé à le souligner…

Lire la suite… »




No Mercy for the Harira

27082010

Ramadan : Mois sacré où tous les musulmans font état de détachement de leur corps, pour évoluer vers un état spirituel proche du céleste. Mois sacré par la privation gastronomique et sexuelle durant la journée, par les prières quotidiennes dans les mosquées, par la lecture de l’ensemble du coran, par un jêune également des mauvaises habitudes, où les gens délaissent leurs gros mots, leurs cigarettes et leur haschich.

Ah Ramadan, ce mois tant attendu par l’ensemble des musulmans, pour se rapprocher de plus en plus de Dieu et se rapprocher entre eux. Le « Salam » habituel devient alors un mode de vie quotidien, où les musulmans (dont les marocains, oui oui, rappelons-le) vivent en totale harmonie entre eux : Plus de disputes, plus de gens qui disent « pute », plus d’amour, moins de haine… sur le papier !

Mais venons-en à la réalité, comment vivons-nous ce Ramadan ? Ce mois sacré !
On parlera uniquement des marocains, je ne connais pas tous les musulmans, mais j’imagine que c’est la même chose dans tous les pays musulmans avec quelques petites nuances..

Lire la suite… »




The M&M (Le Mariage Marocain)

21062010

Le mariage marocain, putain m’en parlez pas..

Je commence par le côté déguisement.. Les mecs portent tous des costumes noirs, tous sans exception : On dirait des pingouins… Et au milieu de tout ce « beau » monde, y a toujours un cousin lointain, seize ans, et qui donne l’impression d’avoir 24 ans puisqu’il pèse 120 kilos, qui vient avec des baskets, un « blue jean’s » sale et des baskets taille 44 qui puent, et qui se pointe dans la table juste devant les mariés..

Dès qu’tu rentres dans une cérémonie, tu le repères, et ça te gâche la soirée..

Attendez, j’ai pas fini avec le déguisement, nous arrivons aux filles.. Si les mecs portent toujours des costumes noirs, c’est que c’est ce meme costume qu’ils ont portés dans les 20 dernières cérémonies de mariage auxquelles ils ont assistées durant la dernière décennie. Pour les filles, non taisez-vous, laissez-moi le dire, c’est le bordel total..

 

 

Lire la suite… »




La route de la fortune

22022010

« Si l’on bâtissait la maison du bonheur, la plus grande pièce serait la salle d’attente » Jules Renard

Comme tous les matins, il se lèva à 4h30 du matin.. Après avoir fait la prière, le vieux Abdesslam se faufilait pour regarder son champ. Ce même champ qu’il regardait avec fierté il y a une dizaine d’années, n’est plus qu’un vaste terrain aride maintenant. La sécheresse, les sauterelles, les innondations, et la pauvreté ont stérilisé sa récolte depuis des années. Et voilà Abdesslam, à 78 ans, chômeur ! Il ne savait rien faire à part labourer son champ, et la région était bien trop sèche pour pouvoir y élever du bétail..

Comme tous les matins, Abdesslam quittait son champ avec plein d’amertume, mais sans verser de larme, non ! Un homme ne pleure pas, il ne pleure jamais.. Tant qu’il y a de l’espoir, il y a de la vie.. Et vice-versa ! Abdesslam retournait alors dans sa petite cabane pour contempler son fils dormir et sa femme qui faisait semblant de le faire..

Lire la suite… »




PACS avec le diable

16102009

« Toi et moi, il faudra peut-être qu’on se pacse! Qu’en dis-tu, mortel ? » me lanca-t-il d’un ton angélique. C’était bien la première fois que je voyais le diable parler de cette manière, et pire, c’était bien la première fois que je voyais le diable parler, et là, il faut bien inventer un mot pour désigner « pire que pire » car c’était bien la premiere fois que je voyais le diable en personne. Ze diable. Pas un diablotin de pacotille à deux balles, de ceux qu’on rencontre dans les films à trois balles, avec leurs petites cornes sortant de bout et d’autre de leur crâne à quatre balles, et leur petit derrière tout rouge à un trou de balle..

La situation m’intriguait d’autant plus que je suis homophobe et diablophobe.. Aaah, Bzz Bzz Bzz, un fax de mon employeur qui me dit qu’il est desormais interdit d’être homophobe, et qu’il serait même préferable d’être homosexuel à fond, de porter des T-shirts moulants couleur arc-en-ciel, et avoir Tinky Winky comme personnage préféré des Télétubbies.. Ok, je modifie le texte alors.. On n’est plus libres désormais d’écrire ce qu’on veut !

Je rectifie donc : La situation m’intriguait d’autant plus que j’étais homosexuel, mais que j’étais diablophobe !

 

 

Lire la suite… »




Reviens-moi vite..

27102008

C’était une jeune fille.. Elle n’a pas eu le temps de réaliser qu’elle grandissait chaque jour. Le temps, en fin de compte, est tellement subjectif.. Elle ne voyait pas que son corps changeait, qu’elle devenait de plus en plus belle aussi. Ses formes se traçaient de mieux en mieux, les lignes de son visage murissaient, et la peau grasse de l’adolescence laissait place à une douceur d’une rare texture.

La beauté de son visage n’avait d’égal que la perfection de son corps. Ses cheveux soyeux, ses yeux bleus. La douceur de son regard, l’innocence de son sourire. La force d’une femme, ne se résume-t-elle pas dans la faiblesse que son apparence dégage? Bizarre.

Mais le temps passe, et repasse.. Et cette jeune femme, belle, intelligente et studieuse, est devenue une vielle femme, au visage ridée, aux cheveux rares, mais au regard tout aussi éblouissant..

Lire la suite… »







the green dress and the blu... |
chatsrimentencoeur |
BAUDELAIRE, LORD BYRON, LE ... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Le monde de alarc
| Les écrivants
| Le gagnant